google3fc423b10d66d46c.html

15432074 - close up portrait of cute young student holding tablet with homework

Avoir son bac à 14 ans. Est -ce bien raisonnable ? Parfois, on a l’idée que les surdoués sont identifiés jusqu’au bac, pour ensuite se fondre dans l’anonymat. Il n’est pas rare d’ailleurs d’entendre des surdoués parler de leur jeunesse en mettant également à l’imparfait leurs état de surdoués « quand j’étais surdoué… ».

Que devient-on avec le bac en poche très jeune ? Cela donne vraisemblablement un peu plus de temps qu’aux autres pour se tromper de direction. Est-ce pour autant essentiel de courir après un modeste diplôme très jeune : certains parents sont obnubilés par une forme de réussite pour leur enfant : c’est souvent le cas par exemple de parents qui veulent absolument que leur enfant devienne un grand joueur de tennis ou un pianiste exceptionnel. Sauter une classe devient aussi parfois une obsession pour les parents béats d’admiration pour leur progéniture, ou qui rêvent pour eux d’une meilleure situation que la leur.

La responsabilité des parents – qui l’oublient souvent – se limite à aider leur enfant à grandir et à prendre une place dans la société. Eduquer, c’est donc intervenir pour éviter à l’enfant de mauvais choix d’orientation, de l’aider à avoir de l’ambition (mieux vaut chercher à monter le plus haut possible, c’est plus facile de redescendre un peu ensuite), de lui ouvrir des pistes autres que le métier de pompier ou de coiffeuse.

Donc faciliter à un enfant l’obtention du bac à 14 ans, pourquoi pas ? Tout faire pour qu’il soit en avance d’un an ou deux… c’est peut-être moins nécessaire. D’autant qu’un enfant poussé comme un champignon en serre, va se retrouver livré à lui-même dans l’enseignement supérieur sans avoir les armes pour s’orienter.

Plutôt que d’avoir le bac à 14 ans – et ne donner à son enfant que des fréquentations d’enfants plus âgés – peut-être est-il temps de concevoir la vie comme un apprentissage permanent. De plus en plus, dans les professions de haut niveau, la formation devient un enjeu pour toute une vie : un astrophysicien, un biologiste, un médecin, un informaticien, un ingénieur… ne peuvent plus imaginer rester un an sans formation. A l’avenir, il est même probable que la formation continue ponctuelle ne suffira plus.

Donc permettre à son enfant de décrocher le bac à 14 ans, pourquoi pas ? Mais, c’est une stratégie parentale de court terme :  quid des 90 années restantes ? En d’autres termes, il n’y a peut-être pas que le bac à 14 ans en guise d’éducation pour un surdoué.

Comment ça s’est passé pour vous ?


Laissez un commentaire


vos témoignages
SIGN INTO YOUR ACCOUNT CRÉER UN NOUVEAU COMPTE

 
×
CRÉER UN COMPTE VOUS AVEZ DÉJÀ UN COMPTE?
 
×
FORGOT YOUR DETAILS?
×

Go up