46199914 - pretty student girl taking tutoring courses with beautiful blond teacher

Pas facile d’être mère, pas facile d’être père, surdoué ou pas. Le premier travers de tout parent est de se projeter à travers ses enfants : lui permettre de réussir là où il a échoué. Donc la tendance naturelle est de surinvestir dans ses enfants et détecter le moindre signe pour « pousser » à la réussite. Existe-t-il une position à part chez les parents surdoués ? Instinctivement certainement les surdoués espèrent que leur enfant le sera aussi et voudront lui faire découvrir mille choses : tablette pour l’enfant à 2 ans, jeux en tous genres pour éveiller sa curiosité, inscription à toutes la listes des activités municipales de dessin, piano, piscine, langue vivante … Il faut que rien ne manque au petit rejeton, qui puisse freiner son développement.

Les parents surdoués « sentent » beaucoup plus que d’autres leur progéniture. Mais la frustration guette aussi les parents surdoués : l’école est un lieu d’apprentissage de règles. Les enfants qui réussissent le mieux – et chacun sait que tous les surdoués ne réussissent pas à l’école – ont très souvent une mère institutrice qui sait mieux que quiconque expliquer et ré-expliquer ce que l’école attend d’eux pour « avoir de bonnes notes ». L’école polytechnique en France regorge de fils et filles d’institutrices. La règle c’est que 1+1 =2, l’horizon est certes limité, mais il faut en passer par là. Malheur à ceux qui n’entrent pas dans le moule. Alors est ce que les parents surdoués aident mieux que d’autres leurs enfants à s’inscrire dans une trajectoire de réussite scolaire, vecteur d’une intégration professionnelle ? C’est juste une question…


Laissez un commentaire


vos témoignages
SIGN INTO YOUR ACCOUNT CRÉER UN NOUVEAU COMPTE

 
×
CRÉER UN COMPTE VOUS AVEZ DÉJÀ UN COMPTE?
 
×
FORGOT YOUR DETAILS?
×

Go up